La Cinémathèque française

Depuis 2015, la Fondation Gan pour le Cinéma a pris le titre de Grand mécène de la Cinémathèque française et poursuit l’engagement du Groupe en faveur de ce haut lieu de la culture cinématographique en France.

Jean-Luc Godard, Raoul Coutard avec le Caméflex, Jean Seberg et Jean-Paul Belmondo sur le tournage de À bout de souffle (1959).  Photographie de Raymond Cauchetier. © Raymond Cauchetier

Après les expositions FRANÇOIS TRUFFAUT et ANTONIONI, AUX ORIGINES DU POP, la Fondation Gan est fière d’accompagner, en 2016, les expositions MARTIN SCORSESE (du 14 octobre 2015 au 14 février 2016), GUS VAN SANT (du 13 avril au 31 juillet 2016) et DE MÉLIÈS À LA 3D: LA MACHINE CINÉMA (du 5 octobre au 29 janvier 2017).

SCORSESE, L'EXPOSITION
du 14 octobre 2015 au 14 février 2016
Conçue à Berlin par la Deutsche Kinemathek, elle s’installe à Paris, adaptée avec la complicité de Scorsese lui-même. Elle sera accompagnée d’une rétrospective très complète de l’auteur de TAXI DRIVER et RAGING BULL.
Martin Scorsese assistera à l’inauguration de cette exposition et rencontrera le public de La Cinémathèque française lors d’une « master class ».

GUS VAN SANT 
du 13 avril au 31 juillet 2016
De Portland à Hollywood, d’un nouveau cinéma indépendant à des films plus mainstream, Gus Van Sant a révélé toute une génération d’acteurs (Matt Damon, Ben Affleck, River Phoenix, Keanu Reeves) et créé de nouvelles icônes pour la jeunesse.
Avec LAST DAYS, il a même proposé sa vision de Kurt Cobain.
A travers ses films, sa musique, ses œuvres plastiques, ses collaborations artistiques avec William S. Burroughs ou David Bowie, cette exposition présente pour la première fois en France tout l’univers de cet artiste anticonformiste, emblème d’un cinéma libre et radical, peintre de l’adolescence et des perdants magnifiques.

DE MÉLIÈS À LA 3D: LA MACHINE CINÉMA
du 5 octobre au 29 janvier 2017
Grâce à ses collections, parmi les plus riches au monde, la Cinémathèque française présente une exposition inédite sur l'histoire de la technique et sur les métamorphoses successives de l'image animée, de la fin du XIXe siècle jusqu'à l'ère numérique. Projecteurs, caméras, matériels de studio et de laboratoire, archives, films rares seront dévoilés dans un parcours à la fois esthétique, technologique et historique ponctué de projections, de sons et de machines en fonctionnement ou en simulation.

A Noter : Les liens qui existent entre la Fondation et la Cinémathèque française remontent à sa création. C’est en effet Costa-Gavras, en 1986, alors Président de La Cinémathèque française, qui a inspiré le domaine d’intervention de ce qui allait devenir la première fondation d’entreprise en France en faveur du cinéma, et dont il est aujourd’hui Président d’honneur.

La Cinémathèque française a été créée en 1936 par Henri Langlois, Georges Franju, Jean Mitry et Paul Auguste Harlé. Elle est devenue au fil des ans l'une des archives les plus célèbres dans le monde grâce à la richesse de ses collections. Longtemps installée au palais de Chaillot, la Cinémathèque française occupe depuis septembre 2005 un bâtiment moderne construit par l'architecte Frank Gehry, 51 rue de Bercy (Paris 12e).

Riche de son expérience, dotée de nouveaux moyens, la Cinémathèque peut désormais poursuivre ses missions : conserver et restaurer les films et les archives de ses collections, programmer les grands classiques mais également des rétrospectives complètes et des hommages à des cinéastes, acteurs, producteurs et techniciens du cinéma, exposer les fabuleux objets de ses collections dans le cadre de l'exposition permanente Passion Cinéma, organiser des expositions temporaires pour montrer les richesses de ses fonds et mettre en valeur les liens qu'entretient le cinéma avec les autres arts, accueillir étudiants et chercheurs dans une bibliothèque et un centre d'archives.

Pour en savoir plus.