L’Aide à la Création

Aider des premiers films à exister, c'est prendre des risques, mais c'est avant tout aller à la découverte de nouveaux cinéastes et les révéler au public.

C'est dans ce sens que la Fondation s'engage depuis plus de 30 ans et a ainsi permis, à plus de 200 réalisateurs, de tourner leur film.
Son soutien est reconnu comme un label de qualité.


Tournage de L'ÉTAT SAUVAGE de David Perrault, lauréat 2016

L'Aide à la Création consiste à récompenser 4 projets de longs métrages de fiction (premiers et seconds films), sélectionnés sous la forme de scénario et à attribuer 1 Prix Spécial.
Le choix du Prix spécial reste le privilège de la Fondation qui opère tout au long de l'année en qualité de tête chercheuse. Il n'est pas soumis à un calendrier spécifique.

Contenu de l'Aide

La dotation par projet est de 53 000 €, avec 3 000€ pour le réalisateur et 50 000 € pour le producteur.

Elle peut être enrichie d'apports en industrie à hauteur de 25 000€
La Fondation a mis en place deux partenariats avec des sociétés comme :
- PANAVISION, leader sur le marché français en location de matériel de prises de vue, d'éclairage, de machinerie et d'accessoires pour l'industrie du film, du téléfilm et de la publicité ;
- MIKROS IMAGE, studio de post-production français de renom, spécialisé dans les effets visuels numériques dans de multiples domaines.

Sélection des projets

Une fois les dossiers déposés en ligne sur le site par les sociétés de production, le choix des 4 projets de longs métrages se fait en deux temps :
- la présélection, opérée par un comité de lecteurs qualifiés, retient 6 projets 
- la plénière désigne les projets lauréats, choisis par un jury composé de professionnels

Pour connaître les dates des prochains dépôts en ligne, cliquer ici : DEVENIR LAURÉAT

La Fondation a invité, en 2019, Patricia Mazuy, lauréate 1987 (PEAUX DE VACHES) à présider le jury de la plénière et ainsi, à être la marraine des lauréats 2019.

"C’est important de garder en tête qu’un premier film doit s’aventurer, proposer un monde. J’espère que notre jury s’y emploiera».Patricia Mazuy.