AFTERTHOUGHT (L’ESPRIT DE L’ESCALIER) Elad Keidan Lauréat 2013

«En hébreu, "Gan" signifie "jardin", et j'ai toujours pensé à la fondation comme à un jardinier qui arrose les plantes de son jardin. Dans ce sens, je suis très heureux d'être l'un de vos poivrons et j'étais très content de découvrir que les saveurs de mon poivron (le scénario, j'entends) ont été conservées par le cuisinier (le traducteur, j'entends). Le soutien de la Fondation nous a donné le courage d'avancer et de surmonter les nombreux obstacles qui jalonnent le chemin du financement d'un premier film, devenant ainsi - littéralement - la "fondation" du film. Un grand merci pour votre inoubliable action !»

Elad Keidan

Né à Haïfa en 1979, Elad est diplômé de la prestigieuse école de cinéma Sam Spiegel à Jérusalem en 2008. Depuis, il a travaillé comme scénariste pour des émissions satiriques, rédacteur pour les infos de la chaîne CHANNEL 10 et a participé à de nombreuses productions en tant que machiniste, perchman (notamment sur SHARQIYA de Ami Livne, lauréat 2010 de la Fondation), cadreur et monteur image. Poète à ses heures perdues, il est le parolier de certains chanteurs. Depuis 2011, il enseigne le cinéma au lycée de Hertzeliya. Suite au succès de son film de fin d’étude ANTHEM (2008), qui a, entre autre, obtenu le Premier Prix de la Cinéfondation en 2008, il est souvent appelé à participer au jury de festivals de courts métrages dans le monde.
Actuellement, Elad Kaidan travaille sur un projet de second long métrage intitulé 500 YEARS A DAY.  

AFTERTHOUGHT (L'ESPRIT DE L'ESCALIER)

Réalisateur(s) : Elad Keidan
Scénariste(s) : Elad Keidan
Producteur(s) : Elie Meirovitz (EZ Films)
Casting : Uri Klauzner (Moshe) et Itay Tiran (Uri)
Image : Yaron Sharf
Son : Aviv Aldema, Vitaliy Grinshpun, Jean-Yves Rousseaux
Musique: Thierry Caroubi
Montage : Arik Lahav-Leibovitch

Synopsis :

Vendredi midi. Deux personnages urbains : Moshé, un ex-instituteur et Uri, son ex-élève, qui ne se sont jamais revus depuis lors, évoluent sur le flanc de la montagne sur des trajectoires opposées, menant à l’inévitable collision. Moshé monte les marches, à la recherche de la boucle d’oreille que sa femme a perdue. Uri descend ces mêmes marches, en route vers le port où il doit prendre le bateau. Il veut quitter le pays dans une singulière démarche de purification d’un cœur débordant de sentiment (et accessoirement pour fuir le service militaire de réserviste, pour lequel il devait se présenter le soir même).

Prix :

Prix de la compétition « Work in Progress » au Festival du Film de Jérusalem 2014
Prix du Meilleur Film au Festival International du Film de Haïfa 2015 (Israël)  

Informations :

Présenté en Séances Spéciales dans le cadre de la Sélection Officielle du Festival de Cannes 2015.