Sur le tournage du film LES MEILLEURES

Pour son premier film, Marion Desseigne Ravel, lauréate 2019, a filmé ses bandes de filles dans Paris pendant 7 semaines.

Canal de l’Ourcq. Première bruine automnale.

Une petite bande d’adolescentes chahutent, rient et se mettent à courir sur le pont piétonnier au niveau du quai de l’Oise. Elles répètent ce va-et-vient plusieurs fois avant que le silence ne se fasse et qu’un « Action ! » ne retentisse. Ces jeunes filles sont les actrices - certaines professionnelles, d’autres à leurs premières expériences de jeu -  du film LES MEILLEURES de Marion Desseigne Ravel, qui a choisi le nord de Paris pour tourner son premier long-métrage.

« C’est une histoire d’amour », explique la réalisatrice.

« Pourtant entre Nedjma et Zina, une relation amoureuse est à priori impossible : ce sont deux filles, elle appartiennent à des bandes rivales… Tout place dès le départ leur histoire sous le sceau de l'interdit. Cette tension - que j'ai travaillée dès le scénario et que je voudrais accentuer encore par la mise en scène - rendra le moindre regard, le moindre frôlement d'épaule transgressif. »

Ces derniers jours de tournage auxquels nous avons assisté, reflètent bien cette idée de désir et d’empêchement. En effet une longue séquence est préparée et répétée entre les deux jeunes protagonistes, Esther Bernet Rollande et Lina El Arabi, qui interprètent respectivement Zina et Nedjma. Cette dernière - les mains liées par sa fidélité aux filles de sa bande - trahit Zina. S’ensuit une dispute assez violente, à la mesure de la colère de l’amoureuse blessée. C’est un passage intense, émotionnellement mais aussi physiquement, pour les actrices. Sans trop en dévoiler, elles en viennent aux mains et l’une d’elle… tombe dans la Seine ! Les prises ne pouvant bien évidemment pas se multiplier, on assiste avec impatience à toute la mise en place (des  hommes grenouille de la Protection civile de la ville sont également là) par une équipe très concentrée.

Puis, la réalisatrice crie  « Moteur ! » et tous retiennent leur souffle… pour le grand saut !

Actuellement en post-production, ce film à la fois tendre et âpre, qui bouscule bon nombre de préjugés, est attendu pour 2020.

En images